Auteur: Numéro 1
Date de publication: Lundi, 23 janvier, 2012 - 16:52

Le Fonds européen de solidarité financière est une institution commune aux 17 Etats membres de la zone euro, créée le 9 mai 2010. Elle est destinée à secourir ceux d'entre eux qui connaîtraient de graves difficultés financières. Initialement limitées à 250 milliards d'euros, le montant maximum des aides est passé à 440 milliards d'euros après l'accord du 21 juillet 2011, qui vient d'être ratifié par les Parlements nationaux. Avec les aides complétentaires du FMI et de la Commission européenne, ce sont 750 milliards d'euros qui peuvent être mobilisés pour les pays européens en difficulté. Toutefois, ce montant est jugé encore insuffisant par nombre d'économistes, qui s'attendent à une nouvelle augmentation prochainement (lire plus bas). Le FESF siège au Luxembourg. Son directeur est l'allemand Klaus Regling, ancien directeur général pour les affaires économiques et financières à la Commission européenne.

Le fonds est autorisé à intervenir de différentes façons. Il peut prêter de l'argent aux Etats. Il peut acheter des obligations sur le marché primaire, c'est-à-dire directement auprès des Etats. A condition que ceux-ci acceptent de mettre en œuvre un «programme de stricte conditionnalité», c'est-à-dire de profondes réformes économiques.

Cette institution est inattaquable, ni par les états ni par les gouvernements ni par les tribunaux!

Belgique: Interpellons nos élus sur le Mécanisme Européen de Stabilité!

Voir la vidéo
Auteur: Numéro 1
Date de publication: Vendredi, 22 avril, 2011 - 08:00

Signez la pétition pour empêcher le projet européen visant à interdire la plupart des médicaments à base de plantes, la médecine traditionnelle, à partir du 1er avril 2011.

Il s’agit d’une offensive sans précédent menée par les lobbies pharmaceutiques.

Signez la pétition!

Voir la vidéo
Auteur: Numéro 1
Date de publication: Mercredi, 1 décembre, 2010 - 20:33

Jean Druon revient sur les processus, soi-disant inéluctables, de privatisation généralisée imposée par Bruxelles, sous l’impulsion des « fabriques à idéologie » (Think tank) anglo-saxonnes. La libéralisation du marché, sous la forme de la privatisation des biens publics était censée être la solution miracle à la crise pétrolière des années 70. Le remplacement du politique (orientation humaine) par la main invisible du marché libre allait donner aux Européens : argent, choix, emploi, croissance, bonheur, confort... Le résultat fut l’inverse : délocalisation, chômage, précarisation, perte de pouvoir d’achat, monopoles privés, États policiers, individualisme, lois sur mesure pour les multinationales, etc.

Voir la vidéo
Auteur: Numéro 1
Date de publication: Lundi, 29 novembre, 2010 - 22:23

Nouvelle rubrique, c'est tellement énorme ce qu'ils essayent de nous mettre que ça s'impose.

Je ne dirais pas où - ils essayent de nous le mettre - pour ne pas choquer les âmes sensibles, par contre je vais faire tout mon possible pour vous faire découvrir comment, pourquoi et qui.

Voici déjà un apéritif, histoire que vous sachiez ce qui vous attend. Ho... vous n'avez jamais vu le parlement européen? C'est pourtant lui qui va supplanter, qui commence déjà à le faire dans certaine région, les gouvernement nationaux.

Normal que vous ne le sachiez pas, que la grande majorité des "européens" ne le sachent pas non plus car il n'y a aucune éducation sur l'Europe dans les institutions scolaires et encore moins dans les médias, c'est un scandale. Il faut bien le dire, c'est une grande arnaque, erm...

Un gouvernement de l'ombre et non démocratique car non élu au suffrage universelle. Pire, antidémocratique car les pays qui ont voté, ils les ont fait re voter après avoir utilisé tout les moyens médiatiques à outrance pour les faire voter oui (France, Pays-bas, Irlande) . Pire encore!!! Intégration de force sans vote.

Welcome in Europe

Vous noterez que c'est écrit en Anglais n'est-ce pas.

Voir la vidéo
Auteur: Numéro 1
Date de publication: Dimanche, 19 septembre, 2010 - 20:25

Cet article est le plus important du traité, il interdit aux états d'emprunter à leur banque central.

Qu'est-ce que ca signifie? Ça signifie que les états européen ont démissionné de leur rôle tout simplement... Mieux... une privatisation des états...

L'état ce sont les institutions et les infrastructures au service du peuple (la nation). Pour financer son fonctionnement et les nouvelles infrastructures elle pouvait créer de l'argent pour les financer, elle remboursait ensuite cet emprunt à un taux réduit, ce qui est très avantageux et normal.

Maintenant tout les états européens sont obligés de passer par des banques privées et d'emprunter à des taux très important qui leur coûte beaucoup! Ceci réduit la quantité d'investissement pour les institutions et les infrastructures pour la population et le remboursement de cet endettement énorme du aux intérêts très élevés retombe indirectement sur nous les citoyens.

Notez bien la rage du bonhomme, c'est la réaction que l'on devrait tous avoir, on devrait manifester dans la rue avec la même violence, C'est énorme et essentiel pourtant personne n'en parle!... c'est un SCANDALE.

À la Télévision? On préfère nous parler de mineurs coincés dans une mine au Pérou ou d'une fusillade au Nebraska... Est-ce que c'est ça qui se passe dans le monde!???...

Voir la vidéo
Auteur: Numéro 1
Date de publication: Mercredi, 25 août, 2010 - 08:00

Conférence de Jean Claude Paye.

Les accords d'extradition passés entre l’Union Européenne et les USA en 2003 permettent de livrer aux Etats-Unis des ressortissants de n’importe quel pays européen, à des motifs décidés et modifiables unilatéralement par eux, qui n’ont pas à être valables dans les pays où ces personnes résident. L’Union Européenne adopte ainsi automatiquement les décisions américaines en matière de droit, qui s’installent de fait dans la législation européenne.

Le Military Commission Act, datant de 2006, introduit des notions de guerre dans le droit pénal américain en créant la notion d' « ennemi combattant illégal », dont la définition est un individu désigné comme tel par le pouvoir exécutif américain sans nécessité d’avancer de quelconques preuves ou éléments matériels. Le Military Commission Act prévoit que ces « ennemis combattants illégaux » soient jugés devant une commission militaire, avec un juge militaire et un avocat militaire désignés par le pouvoir exécutif, les causes de l’arrestation n’ont pas à être transmises au prévenu et le degré de coercition à appliquer à l' « ennemi combattant illégal » est décidé par le pouvoir exécutif.

Les attentats du 11 septembre ne sont pas le point de départ de cette politique de destruction du droit, mais servent à en légitimer l’application. Ces attentats sont considérés comme un acte de guerre, d’une guerre relativement indéterminée mais qui donne droit à des pouvoirs spéciaux, eux aussi indéterminés. Il ressort de la mise en place de cette réalité psychotique que le pouvoir exécutif américain est en guerre contre la totalité de la population du monde.

« Dès le départ, la loi anti-terroriste vise à criminaliser les gens qui défendent la vie par rapport à la machine de mort qu’est devenu le système économique. »

Voir la vidéo
Auteur: Numéro 1
Date de publication: Dimanche, 8 août, 2010 - 18:15

Scène extraite du film "Le Président". Film de 1961 pourtant extrêmement révélateur de ce qu'est l'Europe d'aujourd'hui en 2010.

Les mots d’Audiard et le jeu de Gabin mettent ici efficacement en évidence les intérêts privés, les multinationales qui ont en réalité dès l’origine présidé à la construction de l'Union européenne.

Voir la vidéo